44 : entre espoirs et réalités

obama_inaugurationDepuis son élection et son investiture mardi dernier, on a beaucoup écrit sur le président Obama. Dans cette modeste contribution, j’entends tempérer quelque peu l’enthousiasme frénétique qui déferle à l’envi dans les médias.

Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de jouer les rabat-joies pétris d’antiaméricanisme primaire ou de promouvoir la perplexité d’un Vladimir Poutine qui, déjà, annonce que « les plus grandes déceptions naissent des grands espoirs« . Bien sûr, l’élection de Barack Obama est un signe de la formidable vitalité de cette démocratie américaine, pensée par Thomas Jefferson, et la meilleure réponse à ceux qui, sarcastiques, brandissaient déjà l’étendard du déclin en voyant l’économie et l’image de l’Amérique se détériorer. Pour autant, je me méfie par principe des flambées d’enthousiasme, en ce sens qu’elles conduisent trop souvent à tomber dans le « prêt-à-penser ». Suivons donc Luther et son Gedanken sind zollfrei (« Pour les pensées, point de douane »), en faisant fi des préjugés pour envisager la situation telle qu’elle est réellement.

Barack Obama a pris la mesure de la situation dont il hérite : une crise économique sans précédent depuis le Grande Dépression, deux guerres en Irak et en Afghanistan, le conflit israélo-palestinien, et une perte de crédibilité de son pays inhérente à huit ans d’une politique arrogante et unilatérale. En appelant ses concitoyens à la « responsabilité », il a dessiné les épreuves qu’il leur faudra surmonter : on perçoit déjà que « yes we can », mais que ce ne sera pas une partie de plaisir, comme un écho aux « Enfin, les difficultés commencent ! » lancé par un proche de Léon Blum au moment de son arrivée au pouvoir.

hillary clintonPour relever ces défis, Barack Obama entend faire preuve de sa fibre multilatéraliste, conscient que les difficultés du monde actuel ne se résoudront qu’à plusieurs. Il s’est engagé à se préoccuper du changement climatique et des questions énergétiques, délaissées par son prédécesseur. En politique étrangère, pour gérer le fameux « arc of crisis » (Turquie – Proche-Orient – Irak – Iran – Pakistan – Afghanistan), repenser les relations avec Moscou et Cuba, faire face au problème nord-coréen, et moduler les liens avec la Chine, il s’est entouré d’experts et a nommé  Hillary Clinton au Département d’Etat. Sa doctrine de la « puissance intelligente » et sa forte personnalité sont le signe d’un retour de la diplomatie, trop souvent reléguée derrière le Pentagone ces dernières années, à Washington. En ce sens, Obama veut mieux prendre en compte les réalités d’un monde multipolaire et interdépendant, où le leadership de l’Amérique doit s’appuyer sur des alliés et non des vassaux, des partenaires et non des affidés. Il en va de la représentation de l’Amérique à l’étranger, et en particulier dans le monde musulman, largement écornée par la politique de l’Administration Bush.

L’homme a le charisme et l’envergure pour tenir ses promesses, pour être à la hauteur de l’immense vague d’espoir qu’il a suscité dans le monde, après huit ans d’incompréhension entre l’Amérique et le reste du monde. Sa popularité, son élégance et sa grâce sont autant d’atouts. Mais, comme le souligne Henry Kissinger, « L’extraordinaire impact du président élu sur l’imagination de l’humanité est un élément important pour bâtir un nouvel ordre mondial. Cela définit une opportunité, mais ce n’est pas une politique ». Et toute la question est là : Barack Obama aura-t-il les moyens de ses ambitions ? La crise économique qui frappe déjà la planète va mobiliser la nouvelle Administration. Les électeurs américains l’ont à 60% portée au pouvoir sur ce thème : là encore, Obama sait qu’il ne pourra régler le problème qu’en rénovant les règles de l’économie internationale en liaison avec l’ensemble des acteurs mondiaux. A partir de là, il devra s’atteler à lutter contre le chômage et à protéger le logement, la retraite et l’assurance maladie dans son pays. Les Américains ne comprendraient pas que, face à une déterioration de la situation interne, leur président se disperse en prétendant refaire le monde. Il se consacrera d’abord et avant tout aux affaires intérieures. Aussi la nomination au département d’Etat d’une personnalité hors du commun, susceptible de gérer ce difficile équilibre, s’imposait-elle.

Restons donc lucides : si Barack Obama entend relever le défi de la coopération, si sur certains dossiers, ce multilatéralisme permettra d’avancer dans une logique dont toute la planète bénéficiera, le nouveau président y fera toujours prévaloir l’intérêt des Etats-Unis, comme le souligne le sherpa de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, Obama « défendra bec et ongles les intérêts des Etats-Unis ». Obama/SarkozyA ceux qui voient en lui un « messie », il faut répondre qu’en homme d’Etat, il mènera une politique d’Etat, orientée par les intérêts de son pays. Il n’y a là rien de plus légitime. Rappelons d’ailleurs les termes du serment qu’il connaît d’autant mieux qu’il l’a prêté à deux reprises : « Je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des Etats-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis« . Faut-il donc le rappeler, élu par son peuple pour le représenter et le défendre, Barack Obama est avant tout président des Etats-Unis… Tôt ou tard, il songera à sa réélection, et ni les Kenyans ni les Européens ne seront appelés aux urnes en novembre 2012…

L’Europe, justement, qui risque de se trouver assez paradoxalement mal à l’aise vis-à-vis de cette situation. D’abord, ces derniers temps, profitant de l’effacement américain, l’Europe s’est affirmée en Géorgie et au Proche-Orient. L’espace vacant va désormais être réoccupé et la visibilité des Européens en pâtira. Ensuite et surtout, elle va désormais devoir assumer le multilatéralisme américain, qu’elle appelle de ses vœux depuis huit ans. Or, s’il était plus facile, en cas de désaccord, de décliner les demandes d’un George Bush affaibli et décrédibilisé, va-t-on aujourd’hui pouvoir dire non à Obama ? Il va falloir, pour l’Europe, redéfinir sa politique transatlantique car, si, de fait, les attentes réciproques sont fortes, elles pourraient ne pas toujours coïncider. Comment réagir, par exemple, lorsqu’Obama va demander le soutien de ses alliés et l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, mesure fort impopulaire dans l’opinion publique européenne ?

bush-obamaPar conséquent, si l’intelligence et la compétence du nouveau locataire de la Maison-Blanche ne font pas de doute, s’il incarne le renouveau de l’Amérique, gardons à l’esprit qu’il sera, en toutes circonstances, mu par sa perception des intérêts de son pays. Dans bien des cas, sur la scène internationale, en rompant avec l’arrogance de l’Administration sortante, en rendant à la diplomatie le rôle qui lui sied, en changeant le politique énergétique des Etats-Unis, il restaurera le pouvoir, l’influence et la confiance en l’Amérique. Pour autant, il s’attachera sans cesse à adapter ses intentions aux intérêts nationaux. Richard Holbrooke, ancien conseiller du Président Carter pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, ancien ambassadeur des Etats-Unis près l’ONU, et aujourd’hui conseiller spécial d’Obama sur l’Afghanistan et le Pakistan, rappelle ainsi lui-même que l’Histoire du Bureau Ovale regorge de revirements brusques : Franklin D. Roosevelt promettant en 1940 de ne pas envoyer  « d’Américains dans des guerres à l’étranger » (sic) ou George W. Bush appelant en 2000 à une politique étrangère « plus humble » (sic). Pearl Harbour ou le 11-Septembre passèrent par là. C’est la realpolitik*.

LC.

*Henry Kissinger définit la realpolitik comme la « politique étrangère fondée sur le calcul des forces et l’intérêt national. » Dans une acception plus globale, ce terme prend le sens d’ « abandonner ses idéaux pour composer avec la réalité.« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s