Archives de Tag: Iran

Pourquoi Bahreïn ne tombera pas

Avant que la folie sanguinaire de Mouammar Kadhafi ne détourne l’attention médiatique vers la Libye, c’est le royaume pétrolier du Bahreïn qui soulevait l’inquiétude des observateurs.

La dynastie sunnite Al Khalifa règne depuis 1783 sur ce petit archipel du Golfe Persique, indépendant depuis 1981, relié à l’Arabie Saoudite par la Chaussée du Roi Fahd (un pont de 25 km inauguré en 1986), et qui compte 1.2 millions d’habitants, dont plus de la moitié sont en réalité des expatriés.

Lassés par la mainmise de la minorité sunnite (30% des autochtones) sur l’establishment politique et économique, la population, dans la foulée des révoltes tunisienne et égyptienne, a commencé à réclamer un assouplissement du régime. Mais, avec la violence de la répression opérée par les forces de l’ordre, tirant à balles réelles sur la foule des manifestants, les revendications populaires se sont durcies pour exiger le départ du roi Hamad Ibn Isa Al Khalifa, sur le trône depuis 2002, et de son oncle, le Premier Ministre cheikh Khalifa ben Salman Al-Khalifa, en poste depuis 40 ans… A Manama, la capitale, autour de la place de Perle – rebaptisée place Tahrir par analogie avec les évènements du Caire – les combats ont fait des dizaines de blessés et causé la mort de plusieurs personnes.

Si la situation exige du régime qu’il s’engage sur la voie de réformes démocratiques, tout porte à penser que Bahreïn ne tombera pas.

Une armée sunnite loyale – D’abord, les forces de l’ordre bahreïni sont recrutées exclusivement au sein de la minorité sunnite et resteront donc totalement fidèles au régime. Contrairement aux nombreuses défections observées parmi les officiers intermédiaires tunisiens ou égyptiens, il est hautement improbable que les militaires bahreïni s’identifient à la foule des manifestants chiites et rejoignent leur cause.

Le spectre de l’Iran chiite – L’Arabie Saoudite wahhabite suit avec une vive inquiétude la révolte chiite à ses frontières, à travers laquelle elle voit le spectre de l’ennemi iranien. Riyad n’acceptera pas l’avènement d’un émirat chiite, sous influence de Téhéran, à ses portes, et fera tout pour soutenir les Al Khalifa : l’envoi de renforts militaires, ralliant Manama en empruntant la chaussée du Roi Fahd, est une option sérieusement considérée – sinon déjà levée : certaines troupes saoudiennes auraient incorporées les forces bahreïni…

La Vème flotte US – Dans cette même perspective, la chute du régime Al Khalifa, soutenu par Washington, signifierait le départ du quartier général de la puissante  Vème Flotte américaine, installé à Bahreïn au début des années 1990. La perte de ce point de contrôle stratégique, à l’heure où la politique étrangère des États-Unis est essentiellement sous-tendue par un effort de containment de l’influence iranienne, sonnerait comme une défaite de Barack Obama face  à Mahmoud Ahmadinejad.

Aussi, si les Américains ont finalement lâché Hosni Moubarak, ils maintiendront leur soutien au régime en place à Manama, tout en encourageant en sous-main l’ouverture démocratique et une meilleure gouvernance. C’est tout le sens, d’ailleurs, de l’action d’Hillary Clinton depuis sa visite sur l’archipel en décembre 2009.

Dans ces conditions, vers où l’effet de contagion des révoltes arabes se portera-t-il désormais ? Il convient d’avancer prudemment dans ce jeu de dominos qui a successivement touché des pays aux contextes extrêmement divers.

La chute de Zine el-Abidine Ben Ali à Tunis, puis d’Hosni Moubarak au Caire, avait immédiatement orienté les regards vers deux régimes comparables : le Yémen d’Ali Saleh et la Libye de Mouammar Kadhafi – un quatuor qui cumule la bagatelle de 126 années au pouvoir.

Au Yémen, Ali Saleh s’est engagé à ne pas se représenter aux prochaines élections présidentielles, se retirant après 32 ans à la tête du pays le plus pauvre du Golfe (35% de chômage), en proie à des tensions sécessionnistes et sanctuaire d’Al Qaeda. Cela suffira-t-il à calmer la soif de libertés du peuple yéménite ? Jusque là, la tension est retombée compte tenu de la profonde division des protestataires, qui craignent par-dessus le marché que l’effondrement du régime n’entraîne le pays dans le chaos et la guerre civile.

En Libye, après 42 années de règne, le pouvoir de Kadhafi vacille. Effrayé par l’intervention américaine en Irak et la chute de Saddam Hussein en 2003, Mouammar Kadhafi avait décidé de se racheter une conduite, en rompant avec le terrorisme d’Etat (attentat de Lockerbie, 1988, 270 morts – attentat du DC10 de UTA, 1989, 170 morts au-dessus du Niger) et en abandonnant ses progra mmes nucléaire et balistique.

Alors réintégré dans la communauté internationale, l’extravagant colonel vient de montrer son vrai visage de tyran, prêt a tout pour se maintenir au pouvoir, en bombardant son propre peuple depuis des avions de l’Armée de l’Air et des bâtiments de la Marine, et en semant la terreur dans les rues de Tripoli avec ses mercenaires. Véritable Ubu en son palais, détruit par les bombardements américains de la fin des années 1980, parlant de lui à la troisième personne, le « Guide de la Grande Révolution du Premier Septembre pour la Jamahiriya Populaire Socialiste de Libye » est apparu à la télévision pour exclure son départ et, tout à son irresponsabilité, menacer d’une guerre civile.

Un appel féroce et une répression sans commune mesure qui sonnent comme un chant du cygne : Kadhafi pourra-t-il se maintenir au pouvoir ? S’il y parvient, il retrouvera assurément ce statut de paria qui était le sien avant 2003 : à quelle légitimité peut prétendre un leader qui bombarde sans distinction son peuple désarmé ? Mais cette hypothèse se réduit tandis qu’avec les progrès de la rébellion, l’étendard du royaume de Libye (en vigueur avant le coup d’Etat de Kadhafi en 1969) flotte dans les régions orientales du pays, alors que de nombreux diplomates et dignitaires se rallient à la cause des manifestants, et que les tribus – très influentes – lâchent le “dirigeant frère”… (En se drapant de la tenue traditionnelle de sa tribu Qadhdhafa , le grotesque colonel est d’ailleurs plutôt apparu, lors de son intervention, en chef de clan qu’en rassembleur de l’ « État des Masses »).

Devant des représailles aussi sanglantes, le cas de la Syrie de Bachar el-Assad vient à l’esprit : si le régime de fer de Damas venait à être contesté, la répression pourrait être tout aussi violente…

Mais ce qui se joue à Tripoli dépasse de loin le seul sort des révoltes arabes et de leur propagation. Car Mouammar Kadhafi est en train d’entraîner la Libye dans sa chute : en attisant les risques de guerre civile, il ouvre la voie à une somalisation du pays, porteuse de graves dangers pour l’Europe.

D’abord, parce que l’Europe dépend fortement des importations de pétrole libyen : le brut estampillé Tripoli représente 23% des importations irlandaises, 22% en Italie, 21% en Autriche, 19% en Suisse ou 16% en France. La répercussion instantanée des évènements sur le prix du baril en est une des manifestations immédiates : l’agitation risque d’interrompre les approvisionnements et Kadhafi pourrait décider de pratiquer la politique de la terre brûlée en sabotant les pipelines…

Ensuite, parce qu’une sécession de l’est du pays serait un brèche inespérée pour les djihadistes locaux : que dirait-on de l’instauration d’un “émirat islamique de Benghazi” à quelques centaines de kilomètres des côtes européennes, avec de surcroît le risque d’une jonction avec les activistes d’Al Qaeda au Maghreb islamique ?

Ce double enjeu économique et sécuritaire (l’approvisionnement énergétique et la lutte contre le terrorisme) fonde la nature tout à fait spécifique  de la révolte libyenne et exige des Européens et des Américains une réponse rapide et ferme, actionnant tous les leviers disponibles…

JA.

 

Publicités

44 : entre espoirs et réalités

obama_inaugurationDepuis son élection et son investiture mardi dernier, on a beaucoup écrit sur le président Obama. Dans cette modeste contribution, j’entends tempérer quelque peu l’enthousiasme frénétique qui déferle à l’envi dans les médias.

Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de jouer les rabat-joies pétris d’antiaméricanisme primaire ou de promouvoir la perplexité d’un Vladimir Poutine qui, déjà, annonce que « les plus grandes déceptions naissent des grands espoirs« . Bien sûr, l’élection de Barack Obama est un signe de la formidable vitalité de cette démocratie américaine, pensée par Thomas Jefferson, et la meilleure réponse à ceux qui, sarcastiques, brandissaient déjà l’étendard du déclin en voyant l’économie et l’image de l’Amérique se détériorer. Pour autant, je me méfie par principe des flambées d’enthousiasme, en ce sens qu’elles conduisent trop souvent à tomber dans le « prêt-à-penser ». Suivons donc Luther et son Gedanken sind zollfrei (« Pour les pensées, point de douane »), en faisant fi des préjugés pour envisager la situation telle qu’elle est réellement.

Barack Obama a pris la mesure de la situation dont il hérite : une crise économique sans précédent depuis le Grande Dépression, deux guerres en Irak et en Afghanistan, le conflit israélo-palestinien, et une perte de crédibilité de son pays inhérente à huit ans d’une politique arrogante et unilatérale. En appelant ses concitoyens à la « responsabilité », il a dessiné les épreuves qu’il leur faudra surmonter : on perçoit déjà que « yes we can », mais que ce ne sera pas une partie de plaisir, comme un écho aux « Enfin, les difficultés commencent ! » lancé par un proche de Léon Blum au moment de son arrivée au pouvoir.

hillary clintonPour relever ces défis, Barack Obama entend faire preuve de sa fibre multilatéraliste, conscient que les difficultés du monde actuel ne se résoudront qu’à plusieurs. Il s’est engagé à se préoccuper du changement climatique et des questions énergétiques, délaissées par son prédécesseur. En politique étrangère, pour gérer le fameux « arc of crisis » (Turquie – Proche-Orient – Irak – Iran – Pakistan – Afghanistan), repenser les relations avec Moscou et Cuba, faire face au problème nord-coréen, et moduler les liens avec la Chine, il s’est entouré d’experts et a nommé  Hillary Clinton au Département d’Etat. Sa doctrine de la « puissance intelligente » et sa forte personnalité sont le signe d’un retour de la diplomatie, trop souvent reléguée derrière le Pentagone ces dernières années, à Washington. En ce sens, Obama veut mieux prendre en compte les réalités d’un monde multipolaire et interdépendant, où le leadership de l’Amérique doit s’appuyer sur des alliés et non des vassaux, des partenaires et non des affidés. Il en va de la représentation de l’Amérique à l’étranger, et en particulier dans le monde musulman, largement écornée par la politique de l’Administration Bush.

L’homme a le charisme et l’envergure pour tenir ses promesses, pour être à la hauteur de l’immense vague d’espoir qu’il a suscité dans le monde, après huit ans d’incompréhension entre l’Amérique et le reste du monde. Sa popularité, son élégance et sa grâce sont autant d’atouts. Mais, comme le souligne Henry Kissinger, « L’extraordinaire impact du président élu sur l’imagination de l’humanité est un élément important pour bâtir un nouvel ordre mondial. Cela définit une opportunité, mais ce n’est pas une politique ». Et toute la question est là : Barack Obama aura-t-il les moyens de ses ambitions ? La crise économique qui frappe déjà la planète va mobiliser la nouvelle Administration. Les électeurs américains l’ont à 60% portée au pouvoir sur ce thème : là encore, Obama sait qu’il ne pourra régler le problème qu’en rénovant les règles de l’économie internationale en liaison avec l’ensemble des acteurs mondiaux. A partir de là, il devra s’atteler à lutter contre le chômage et à protéger le logement, la retraite et l’assurance maladie dans son pays. Les Américains ne comprendraient pas que, face à une déterioration de la situation interne, leur président se disperse en prétendant refaire le monde. Il se consacrera d’abord et avant tout aux affaires intérieures. Aussi la nomination au département d’Etat d’une personnalité hors du commun, susceptible de gérer ce difficile équilibre, s’imposait-elle.

Restons donc lucides : si Barack Obama entend relever le défi de la coopération, si sur certains dossiers, ce multilatéralisme permettra d’avancer dans une logique dont toute la planète bénéficiera, le nouveau président y fera toujours prévaloir l’intérêt des Etats-Unis, comme le souligne le sherpa de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, Obama « défendra bec et ongles les intérêts des Etats-Unis ». Obama/SarkozyA ceux qui voient en lui un « messie », il faut répondre qu’en homme d’Etat, il mènera une politique d’Etat, orientée par les intérêts de son pays. Il n’y a là rien de plus légitime. Rappelons d’ailleurs les termes du serment qu’il connaît d’autant mieux qu’il l’a prêté à deux reprises : « Je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des Etats-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis« . Faut-il donc le rappeler, élu par son peuple pour le représenter et le défendre, Barack Obama est avant tout président des Etats-Unis… Tôt ou tard, il songera à sa réélection, et ni les Kenyans ni les Européens ne seront appelés aux urnes en novembre 2012…

L’Europe, justement, qui risque de se trouver assez paradoxalement mal à l’aise vis-à-vis de cette situation. D’abord, ces derniers temps, profitant de l’effacement américain, l’Europe s’est affirmée en Géorgie et au Proche-Orient. L’espace vacant va désormais être réoccupé et la visibilité des Européens en pâtira. Ensuite et surtout, elle va désormais devoir assumer le multilatéralisme américain, qu’elle appelle de ses vœux depuis huit ans. Or, s’il était plus facile, en cas de désaccord, de décliner les demandes d’un George Bush affaibli et décrédibilisé, va-t-on aujourd’hui pouvoir dire non à Obama ? Il va falloir, pour l’Europe, redéfinir sa politique transatlantique car, si, de fait, les attentes réciproques sont fortes, elles pourraient ne pas toujours coïncider. Comment réagir, par exemple, lorsqu’Obama va demander le soutien de ses alliés et l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, mesure fort impopulaire dans l’opinion publique européenne ?

bush-obamaPar conséquent, si l’intelligence et la compétence du nouveau locataire de la Maison-Blanche ne font pas de doute, s’il incarne le renouveau de l’Amérique, gardons à l’esprit qu’il sera, en toutes circonstances, mu par sa perception des intérêts de son pays. Dans bien des cas, sur la scène internationale, en rompant avec l’arrogance de l’Administration sortante, en rendant à la diplomatie le rôle qui lui sied, en changeant le politique énergétique des Etats-Unis, il restaurera le pouvoir, l’influence et la confiance en l’Amérique. Pour autant, il s’attachera sans cesse à adapter ses intentions aux intérêts nationaux. Richard Holbrooke, ancien conseiller du Président Carter pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, ancien ambassadeur des Etats-Unis près l’ONU, et aujourd’hui conseiller spécial d’Obama sur l’Afghanistan et le Pakistan, rappelle ainsi lui-même que l’Histoire du Bureau Ovale regorge de revirements brusques : Franklin D. Roosevelt promettant en 1940 de ne pas envoyer  « d’Américains dans des guerres à l’étranger » (sic) ou George W. Bush appelant en 2000 à une politique étrangère « plus humble » (sic). Pearl Harbour ou le 11-Septembre passèrent par là. C’est la realpolitik*.

LC.

*Henry Kissinger définit la realpolitik comme la « politique étrangère fondée sur le calcul des forces et l’intérêt national. » Dans une acception plus globale, ce terme prend le sens d’ « abandonner ses idéaux pour composer avec la réalité.«